Le Blogue d'Igor

"Heureux ceux qui se regardent avec humour car ils n'ont pas fini de rigoler ..." Lao Tseu

vendredi 7 mars 2014

La pensée de mars 2014

"Le cynique connaît le prix de tout et la valeur de rien"

Oscar Wilde

On la trouve parfois sous la forme :

"Le cynisme, c'est connaître le prix de tout et la valeur de rien"

En allant aux renseignements à la source, il semble que la citation originale soit la suivante :

"What is a cynic ? A man who knows the price of everything and the value of nothing"

tirée de la pièce d'Oscar Wilde Lady Windermere's Fan (1892)

Souvent déformée en :

"A cynic is a man who knows the price of everything and the value of nothing"

lundi 6 janvier 2014

La pensée de janvier 2014

Naturellement (après un déménagement qui m'a occupé ces derniers mois), je reprends la tenue du blogue et en particulier la mise en ligne de la pensée du mois.

Les mélomanes connaissent le plus souvent les Histoires naturelles de Jules Renard par le choix de cinq d'entre elles par Maurice Ravel pour les mettre en musique parmi les quatre-vingt-trois publiées en 1896 par l'auteur de Poil de Carotte.

Les mélodies de Ravel sont un enchantement de précision et d'intelligence du texte que tout baryton digne de ce nom se doit d'interpréter, mais la barre est haute..... Les textes mis en musique sont de taille moyenne, d'environ une demie page, soit la dimension d'une poésie de quelques strophes, même si, ici, il s'agit de prose. Je n'ai pas connaissance que d'autres musiciens aient mis en musique d'autres Histoires naturelles (ou les mêmes), contrairement à ce qui se passe pour Verlaine dont certains poèmes ont été mis en musique par deux, trois ou quatre musiciens.

Ces cinq textes sont soit des portraits serrés d'un animal (plus proche de ceux des humains par La Bruyère que de ceux des animaux par Buffon), soit de petites scènes croquées vivement avec leur dramaturgie et leur surprise finale. On a pu dire qu'il « humanise les animaux et animalise les hommes ». L'auteur est présent par le point de vue dont il regarde la scène et par la façon dont il démythifie ce qui est conventionnellement poétique, ce qui n'exclut pas l'émotion, mais sans pathos, comme dans Le Martin-Pêcheur.

Les soixante-dix-huit autres Histoires naturelles se prêtent moins ou pas, à quelques exceptions près, à cette mise en musique et on remarquera la sûreté des choix de Ravel. Leur taille va de quatre pages et demi pour Les Perdrix à une demi ligne pour Le Geai en passant par trois pages pour Poissons ou pour Dédèche est mort. Je ne peux que vous inciter à lire ces Histoires naturelles par tout moyen à votre portée (achat, emprunt, vol...). Et je ne résiste pas à l'envie de citer les cinq mots qui constituent Le Geai : "Le sous-préfet aux champs". Plus bref qu'un haïku !

Ensuite, il sera temps de vous pencher sur le Journal, mais c'est une autre..... histoire.


dimanche 5 janvier 2014

mes voeux depuis Juvignac

Puisque je vous envoie mes voeux pour l’année 2014 depuis Juvignac* où je réside maintenant après 37 ans à l’Aiguelongue (avec quelques intermèdes à Paris et à Caen), parlons un peu de Juvignac.
 

 
Ancien lieu-dit (vous pouvez toujours chercher un coeur de village comme à Pignan, Lavérune ou Saint-Georges d’Orques pour ne citer que les bourgades ou petites villes proches) qui a grandi de façon foudroyante depuis les années 70, et le mouvement s’accélère avec l’arrivée du tram et la construction du quartier les Constellations où l’immeuble de ma résidence Eden Flower se situe, Juvignac est organisée autour du centre commercial les Portes du Soleil (Intermarché et commerces satellites de la galerie marchande et parking sur dalle). La nouvelle mairie et la nouvelle poste sont en lisière de ce centre. Le reste n’est que lotissements pavillonnaires à perte de vue dans toutes les directions et quelques zones d’activité (matériaux et artisans divers pour construire et entretenir ces maisons).
 jvignac_ancienne_mairie.JPG
Il faut dire que cette commune limitrophe de Montpellier créée en 1790 comptait 89 habitants en 1959 et près de 6.000 en 1999. Les projections démographiques tablent sur 12.000 habitants vers 2015 compte tenu des programmes immobiliers en cours.
 
Donc, même si des mentions historiques anciennes sont attestées : halte d’Hannibal en – 219 sur la route de l’Italie,  implantation romaine, construction du pont roman ensuite en 1150 sur la route d’Arles vers Compostelle puis constitution de l’immense domaine du trésorier Joseph Bonnier de la Mosson dont il reste les vestiges du château (une folie du XVIIIème siècle) ........, Juvignac est longtemps resté un espace peu peuplé occupé par de vastes propriétés souvent viticoles depuis le XIXème siècle (campagnes et châteaux comme celui de la Caunelle ou de Fourques). Au XIXème siècle l’établissement thermal de Fontcaude a été en vogue avec sa source de la Validière.
nouvel_hotel_de_ville_juvignac.JPG
 
Je me souviens très bien des entrepôts qu’on longeait dans les années 70 en empruntant la route de Lodève depuis Celleneuve et du début de l’urbanisation avec les chalandonnettes, ces maisons à touche-touche construites à prix bas pour rendre le rêve de la maison individuelle accessible. En quittant Juvignac on passsait près de l’entreprise de TP Jean Lefèvre (“Jean Lefèvre travaille pour vous”) et après c’était la campagne jusqu’à Saint-Paul-et-Valmalle.
 
Je crois qu’il est saisissant de comparer l’ancienne mairie (qui date je pense du XIXème siècle), conçue pour une centaine d’habitants et devenue le siège de l’école de musique, à l’actuel hôtel de ville qui doit bien être dix fois plus gros : voir les deux photos.
 
Donc le meilleur de ce que vous souhaitez pour vous et ceux qui vous sont chers en 2014.
 
Et prenez de bonnes résolutions comme de me faire signe ou même passer me voir (facile, je suis à moins de 100 m du terminus du tram n°3). Même si j’ai quelque peu allégé ma cave, il me reste suffisamment de bons flacons pour se faire plaisir. Les agapes sur invitation reprendront au printemps quand j’aurai avancé dans mes rangements et que l’on pourra séjourner sur la terrasse mais d’ici-là vous pouvez être spontanés....
 

* Cependant j’écoute en direct le concert du Nouvel An sous la direction de Daniel Barenboïm transmis en direct de Vienne depuis le Musikverein et me reviennent les souvenirs de ce concert rituel écouté dans la salle même dans les années 90 grâce à mon amie Helga P. et au sortir duquel nous allions manger quelques-uns de ces délicieux toasts chez  Trzesniewski  (ah ses inimitables Brötchen, mes madeleines sont plutôt salées que sucrées ! ...... )

mercredi 18 septembre 2013

La pensée de septembre 2013

Je l'emprunte au bon sens populaire :

 

Mieux vaut se taire et passer pour un con

que de l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet

jeudi 15 août 2013

La pensée d'août 2013

Une citation d'Antoine de Rivarol de temps à autre ne fait pas de mal :

"Sur dix personnes qui parlent de nous, neuf disent du mal, et souvent la seule personne qui dit du bien, le dit mal"
 
Et cette réflexion d'un démocrate désabusé :
 
"On vit, on vote, on vivote"

vendredi 5 juillet 2013

La pensée de juillet 2013

Fadhil al-Azzawi  est un poète né à Kirkouk, au nord de l'Irak, en 1940.  Un jour lors d'un spectacle au théâtre des 13 Vents à Montpellier on m'a remis un morceau de papier bleu sur lequel le texte d'un des ses poèmes intitulé Poème auto-dévorant était reproduit. Le voici :

 

Ils ne viennent ni dans les poèmes ni dans les mots du voyage

Ils ne viennent ni dans les poèmes ni dans les mots

Ils ne viennent ni dans les poèmes ni

Ils ne viennent ni dans les poèmes

Ils ne viennent ni dans

Ils ne viennent ni

Ils ne viennent

Ils ne

Ils

 

 

 

 

vendredi 31 mai 2013

La pensée de juin 2013

 

                                                   Dire et laisser faire

                                          Mieux vaut dire un Ave Maria

                                                que faire un Ave Cé

mercredi 15 mai 2013

La pensée de mai 2013

J'ai hésité pour la pensée du mois (qui paraît cette fois avec retard) entre une citation de Coluche (qui se bonifie avec le temps) et une citation de Frédéric Nietszche.

 

J'ai opté pour cette dernière. Mais au moment de choisir j'ai été saisi d'effarement. Si on consulte un certain nombre de sites sur Internet qui répertorient des phrases pouvant être mises en exergue et servir de citation, on est frappé par l'abondance en ce domaine. À croire que le moustachu n'a écrit que pour être cité. Ainsi un site nous offre 328 citations tandis qu'avec un autre c'est une avalanche de 604 citations.

 

Parcourir ce florilège est comme s'asseoir dans un fauteuil pour toute une après-midi et feuilleter les œuvres complètes de l'auteur crayon en main pour cocher les phrases qu'on veut citer. On s'aperçoit qu'il a tout écrit et son contraire. Du plus libertaire au plus réac, du plus élitiste au plus anti-académique, du plus féministe au plus misogyne. Une pensée en mouvement et en contradiction où chacun peut puiser à son gré.

J'ai finalement choisi la phrase suivante que j'avais entendue à la radio : 

Le public confond facilement celui qui pêche en eau trouble avec celui qui puise en eau profonde.

Frédéric Nietszche

Humain, trop humain

lundi 1 avril 2013

La pensée d'avril 2013

En 2013, c'est l'année Wagner pour le 200ème anniversaire de sa naissance. Ce qui est le cas aussi de Verdi. Mais c'est aussi le 450ème anniversaire de la naissance de John Dowland et le 100ème de celles de Benjamin Britten et de Witold Lutoslawski. C'est encore le 400ème anniversaire de la disparition de Carlo Gesualdo, le 300ème de celle d'Arcangelo Corelli, le 250ème de celle de Jacques Martin Hotteterre et le 50ème de celles de Francis Poulenc et de Paul Hindemith. On s'en tiendra aux chiffres ronds (en 100 et 50), si on veut compléter le tableau par les dizaines on ira voir un site qui recense scrupuleusement ces dates.

 

Pour en revenir à Wagner qui est parmi ceux qui font le plus de bruit, je ne pouvais pas mieux que de trouver deux pensées qui concernent cet égocentrique forcené, ce penseur fumeux, cet antisémite abject et ce très grand musicien.

 

« Inconscience ou pari stupide : vouloir chanter Wagner d'une voix grêle »

 

MIG (2013)

 

«  I can't listen to that much Wagner, ya know ? I start to get the urge to conquer Poland »

 

Woody Allen, Meurtre mystérieux à Manhattan (1993)

 

qu'on traduit habituellement (et approximativement) par

 

« Quand j'entends trop de Wagner, ça me donne envie d'envahir la Pologne »

dimanche 24 mars 2013

Jamais seul

Quand elle vous prend, elle ne vous lâche plus. Je veux parler de Nina Berberova, immense auteure russe devenue tardivement célèbre en France à la faveur du succès de son roman L'accompagnatrice et de l'adaptation cinématographique qu'en a tiré Claude Miller. Les éditions Actes Sud ont beaucoup œuvré pour la faire connaître à partir des années 1980 et c'est ainsi que j'ai retrouvé, en faisant un tri de mes livres, son recueil de nouvelles Chroniques de Billancourt.

 

Je le feuillette et commence à en lire des passages et me voilà poursuivant ma lecture, accroché par ce style cursif et nerveux qui lui permet de mettre en scène le petit peuple de l'émigration russe rassemblé autour des usines Renault dans les années 1920 et 30 avec, à la fois, ironie et tendresse.

 

Je ne veux pas vous parler cependant des grands mérites de l'auteure dont on lira avec intérêt la postface à ses Chroniques parue au début des années 1990. Je veux simplement aujourd'hui vous citer un petit bout de phrase tiré de la nouvelle Le violon de Billancourt où mon nom apparaît fugitivement « La situation de ceux qui avaient compté sur les autres avait empiré et ils avaient dû, ayant perdu leur emploi, se ruer sur Paris ou, au contraire rester cois chez eux, n'ayant soudain plus besoin de se rendre chez Gourevitch, le spécialiste des maladies vénériennes, ni chez Saussey, le dentiste..... ».

 

Et voici qu'apparaît un Gourevitch, ou Gourévitch (transcription de Гуревич qui devrait s'écrire en français Gouriévitch), qui semble avoir été un médecin et dont je ne sais rien. Ce n'est pas le premier Gourevitch (autre que ceux de ma famille proche) qu'il m'arrive de remarquer. Ainsi si l'on considère le nom des MiG, ces avions de combat russe, on apprend que c'est l'acronyme de Mikoyan et Gourevitch qui sont les patronymes des deux concepteurs des premiers modèles de ces avions dans le cadre du bureau d'études aéronautiques portant ce nom.

 

Un autre Gourevitch est sorti de l'ombre lors de son décès en 2009, l'espion Anatoli Markovitch Gourevitch qui avait joué un rôle important dans le réseau « L'Orchestre rouge ». Sa vie avait été plus qu'un roman, avec des rebondissements incroyables jusqu'à son décès à 96 ans....

 

En cherchant bien on trouve encore plein de Gourevitch/Гуревич /Gourévitch bien que ce patronyme ne soit pas aussi fréquent que Popov en Russie et que Martin en France.

- page 2 de 27 -