Le Blogue d'Igor

"Heureux ceux qui se regardent avec humour car ils n'ont pas fini de rigoler ..." Lao Tseu

Mot-clé - vue imprenable

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 5 mai 2012

Avril en blanc

Après l'hiver rigoureux que nous avons subi, le redémarrage de la végétation était très attendu. Les floraisons en blanc ont été réussies comme en témoignent ces photos de pivoines froufroutantes et de rosier de Banks que j'ai prises dans mon jardin.

Permettez-moi de vous les offrir.frou_frou_pivoines.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

rosier_banks.JPG

 

samedi 14 août 2010

Olé, Olargues

Olé, Olargues et ces hauts cantons de l'Hérault où l'on est si bien : très beaux paysages, nuits fraîches en été, bruit des rivières, excellents vins de la vallée de l'Orb et toutes sortes de bons produits - charcuteries, miel, fromages, marrons ....- qu'on trouve sur les marchés (Saint-Pons le mercredi par ex) ou au magasin de la Sica du Caroux qui jouxte l'hyper Intermarché à la sortie de Bédarieux direction Hérépian.

J'avais repéré lors de passages précédents le restaurant "Fleurs d'Olargues" et je m'étais promis d'aller y manger. L'occasion me fut récemment fournie lors d'une visite à des amis à Riols, charmant village proche de Saint-Pons. Nous voici donc installés à quatre ce mardi 10 août  sur la terrasse qui surplombe le Jaur avec vue sur le hardi pont du Diable.

La maison est tenue par une famille danoise, les Abrahamsson (Joan et Anders ainsi que leurs fils Kasper et Aslak et belle-fille Fe), qui ont, depuis 2002, reconverti un ancien garage (côté restaurant) et un ancien relai de poste (côté chambres) en lieu de charme (site à voir).

La carte propose un menu à 26 euros avec une mise en bouche surprise, une entrée parmi quatre choix, un plat parmi trois choix et une assiette de desserts. La carte des vins comporte essentiellement des saint chinian et des faugères assez bien choisis (dom.Ollier Taillefer, ch. des Estanilles, dom. Léon Barral ....)  en nombre limité : 3 blancs, 3 rosés et 6 rouges

A ma surprise les vins de la vallée de l'Orb sont presque ignorés à l'exception d'un chardonnay du mas Ametlier. Nous choisissons le rosé du domaine Ollier Taillefer, 2009, de belle tenue, croquant et fruité. La mise en bouche est une crème de courgette au gingembre et citron d'une jolie fraîcheur.

Pour les entrées nos choix se répartissent sur chacune des quatre possibilités : gaspacho aux tomates anciennes du pays, saint jacques marinées sur lit de crème de fève parfumée à la menthe, fines tranches de magret de canard fumé façon danoise au feu de hêtre, marbré de foie gras de canard truffé aux figues.

 

Produits de qualité, bien mis en valeur par de jolies présentations, utilisation judicieuse des épices, aromates et condiments.

Nous choisissons deux des trois plats proposés : pavé de saumon doré sur un lit de risotto aux épinards et parmesan servi avec des poivrons rouges confits pour les uns et petit rôti de gigot d'agneau sur un écrasé de pommes de terre au céleri croquant et spaghettis de courgettes pour les autres.

 

Cuisson maîtrisée dans les deux cas et belles saveurs des légumes et des jus.

L'assiette de desserts (voir photo à la chandelle façon tableau de Le Nain dans le second montage) portait une verrine de crème à la framboise et balsamique, une salade de melon, un petit financier et une excellente crème brûlée à la lavande. Repas délicat dans un cadre parfait, accueil attentif. Merci les Danois de nous avoir rendu le festin de Babette. Adresse à retenir, adresse où revenir. Il est prudent de réserver. Ouvert de Pâques à mi-novembre.

Fleurs d'Olargues

Pont du Diable- D 908

34390 Olargues

04 67 97 27 04

mercredi 11 mars 2009

Une bourlingue en diagonale : au vent du Cotentin

Lundi 1er septembre

Barneville-Carteret est situé face à Jersey dont on aperçoit les côtes le jour et les lumières la nuit et résulte de la réunion assez récente de deux bourgs. Carteret, au pied du cap de même nom, petit port abrité dans un havre relié par un chenal à la mer et Barneville, côté terre, un peu plus haut avec vue sur ces vastes étendues inondées ou à sec selon les marées. Le paysage change complètement avec les heures surtout en cette période de vives eaux. J'arrive dans l'après-midi et je trouve sans problème la maison de mes amis. Ici, comme partout sur les côtes normandes, la pêche à pied est une passion, et je les verrai en revenir vers 18 h avec notamment de petits ormeaux dont la pêche vient d'être temporairement autorisée. Je m'établis tandis qu'arrivent aussi (Jean)-François et Marie-(Thérèse), des cousins d'Anne venant du Jura.

Mardi 2 septembre

C'est jour de marché à Portbail à une dizaine de km au sud. Vent et pluie sont au rendez-vous en matinée. Après nos achats de légumes, de coquillages et de poissons nous allons nous réchauffer et nous sécher dans un bistrot tenu par un groupe de jeunes gens qui en ont fait un lieu chaleureux et attractif. Dans l'après-midi, le soleil réapparaît et je vais me promener seul au château et parc de Martinvast.



Je retrouve le plaisir de ces longues heures passées à flâner dans ces grands parcs qui parsèment la Normandie où leurs concepteurs ont su ménager des vues superbes par de longues coulées où le regard port au loin. Je retrouve les amis en fin de journée et nous cuisinons nos achats du matin pour le repas du soir. Entre temps Juliette, la fille d'Anne et de Jean, est arrivée ainsi que son copain.

Mercredi 3 septembre

Jour de promenade et de visite. Nous partons tous vers cette pointe du Cotentin où les falaises sont hautes, les vents puissants et la végétation rase entre le cap de la Hague et le Nez de Jobourg. Arrêt à Port Racine, réputé être le plus petit port de France, blotti dans la magnifique anse Saint-Martin.

 

Tout près de là à Saint-Germain-des-Vaux, nous passerons un bon moment à l'abri du vent dans le jardin en hommage à Jacques Prévert (qui avait sa maison tout près de là), établi par un de ses amis, Gérard Fusberti. Il a sollicité les autres amis du poète pour établir ce jardin dans un frais vallon où court un ruisseau, chacun d'eux ayant offert un arbre, un arbuste ou une plante. C'est un lieu modeste et recueilli. Nous partons ensuite pour Goury, ce petit port, bien connu des marins pour son phare et sa station de sauvetage.

Nous poursuivons vers le sud vers Flamanville en découvrant d'ample baies dominées par des pentes couvertes de fougères et de bruyères qui ajoutent des teintes fauves et violettes aux verts.

 

Flamanville est une ville riche en raison de la présence de la centrale nucléaire. La ville possède un château du XVIIème siècle en cours de réhabilitation entouré d'un superbe parc où se trouve un enclos avec une collection extraordinaire de plus de 500 dahlias dont les formes, textures et couleurs sont incroyables.

Parc et château de Martinvast, le site


(à suivre)